Imprimer

Auribeau

Bl AuribeauLe nom du village d'Auribeau proviendrait du latin « Horrea » qui signifie entrepôt, grenier ou « Or » qui donnera oratoire, chapelle (peut-être St Sauveur) ruinée dès le XVIIe siècle.
Les bords de la Siagne sont habités par les Celto-Ligures ou Oxybiens. Ceux-ci vivent de l'économie agro-pastorale.
Le village d'Auribello est bâti sur un piton rocheux, au pied de la Siagne. Il est considéré en 1125 comme un domaine féodal. Ses habitants vivent de la culture de l'olivier et des produits de la terre.
La forêt voisine du Peygros fournit le bois nécessaire à la vie courante. L'approvisionnement en bois du radoub de Toulon enrichit l'économie locale.
Ravagé par la peste en 1329-1394, puis par Raymond de Turenne en 1399, Auribello est en 1400 un autre lieu inhabité » (habitat dispersé sans vie communautaire).
Entre 1451 et 1470, une longue épidémie de peste ravage à nouveau le pays.
En 1497, Auribeau étant complètement en ruines, le seigneur Jean André de Grimaldi, Abbé de Lérins, seigneur d'Auribeau, organise le repeuplement et faire venir de Ligurie (notamment d'Albenga) des familles : les Demours, Eyrent, Bens, Méro…
1635, début de la guerre de Trente Ans. En juin, juillet, deux compagnies du régiment de Marignan et de Corbon cantonnent à Auribeau.
1707, 1743, les guerres de succession d'Espagne et d'Autriche occasionnent de nombreux ravages. Auribeau est à nouveau envahi.
Au XVIIIe siècle, beaucoup de mûriers sont plantés pour l'élevage des vers à soie.
Les années 1709, 1789 et 1919 souffrent d'hivers très rigoureux. Les oliviers et les figuiers sont gelés.
Vers 1880, le jasmin dont la fleur est très demandée par les parfumeurs de Grasse, remplace peu à peu ces cultures.
L'arrivée de l'eau dans les fontaines publiques a lieu le 12 août 1894. Auparavant,  Auribeau, village n'ayant pas de sources sur sa hauteur, les habitants devaient s'approvisionner à la rivière de la Siagne.